Le Bulot de la Baie de Granville

Le Bulot de la Baie de Granville, Normand avant tout !

Connu aussi sous le nom de « buccin » ou « calicoco », ce délicieux gastéropode est pêché de manière traditionnelle sur le littoral Normand, dans la Baie de Granville.

Sans bulot, pas un plateau de fruits de mer digne de ce nom. Mais s’il sait jouer collectif, le bulot peut aussi tenir la vedette, dégusté pour lui-même, et ce, de bien des façons ! Ainsi, le célèbre duo « bulot-mayonnaise » reste plus que jamais un grand moment de cuisine simple et savoureuse, un délicieux moment à partager dès  l’apéritif.

Qui dit bulot dit Normandie : les trois quarts de la production française en sont originaires, notamment de la Baie de Granville, où sont pêchés en moyenne 6 000 tonnes de bulots par an. Son nom lui-même, dont l’origine normande est attestée de longue date, a supplanté le terme français « buccin », issu du nom scientifique de l’espèce, Buccinum undatum.

Désireux de s’engager plus avant dans la voie de la qualité, les professionnels de la région ont déposé une demande d’IGP (Indication Géographique Protégée) pour le bulot de la Baie de Granville en 2011.

L’IGP permettra d’assurer au bulot de la Baie de Granville une reconnaissance au niveau européen et une protection de la dénomination. Le cahier des charges de l’IGP met en évidence ce qui fait la spécificité du bulot de la Baie de Granville, tant du point de vue du « terroir » (notamment un environnement marin très sableux, qui explique l’absence de « goût de vase »), que des pratiques de pêche (les sorties journalières sont la garantie d’un produit ultra frais).

Parallèlement, les pêcheurs de bulots s’attachent depuis plusieurs années à mieux protéger la ressource en adaptant et en améliorant leurs techniques de pêche. Ainsi, l’augmentation de l’écartement des grilles de tri, sur les bateaux, a permis une augmentation de la taille moyenne des bulots capturés. Mieux encore, la pêcherie de bulot de la Baie de Granville est entrée officiellement dans la démarche « Pêche Durable » conforme aux standards internationaux du Marine Stewardship Council (MSC).

À terme, les professionnels de la commercialisation du bulot pourront choisir de mettre en avant soit l’IGP, c’est à dire l’origine et la qualité, soit le label MSC, c’est à dire la garantie « pêche durable », soit les deux. Plus complémentaires que concurrentes, ces démarches de qualité visent toutes, au fond, un même objectif : donner au consommateur les meilleures garanties.

Télécharger le dossier de presse
www.normandiefraicheurmer.fr

Contact presse

Michèle Frêné
Directrice d’agence | Responsable du pôle relations médias
Elsa Burnel
Attachée de presse | Gastronomie
02 31 75 31 00
mfc@michele-frene-conseil.fr
Le Maquereau de Trouville – Qualité & FraîcheurFêtes Normandes – Mettez le cap sur Évreux !