Portrait - Atoll Électronique

Des passionnés au service de la musicalité

Créée en 1997 par deux frères, la petite PME de Brécey a su s’imposer parmi les grands de la haute-fidélité.

Des cartons emplis de pièces détachées sont empilés dans le moindre recoin de l’atelier de montage : « Quand nous nous sommes installés dans ce bâtiment, en 2001, il nous paraissait immense ! Mais depuis, nous n’avons cessé de nous développer et de recruter… Nous attendons avec impatience l’achèvement de l’extension de 600 m² qui va doubler la surface de nos locaux. », explique Stéphane Dubreuil, le directeur général d’Atoll Electronique. Lui, ingénieur en électronique, et son frère Emmanuel, diplômé en gestion, ont mis, il y a presque vingt ans, leurs économies en commun pour créer une petite société de fabrication de matériel hi-fi à Brécey, un village d’à peine plus de 2 000 habitants. A l’époque, les banques sont frileuses, c’est le moins que l’on puisse dire… Il est vrai que le projet de ces deux enfants du pays est ambitieux : « Créer une marque d’appareils électroniques de haute fidélité à des prix accessibles, mais sans transiger sur la musicalité. »
Une première gamme d’amplificateurs (IN50 et IN80) est lancée et séduit les amateurs et la presse spécialisée : « Nos matériels ont été rapidement classés en tête des bancs d’essais et nous avons même obtenu un Diapason d’Or, l’une des plus prestigieuses distinctions dans le monde de la musique. » Dès la deuxième année, le bouche à oreille fonctionne à plein dans le petit monde des mélomanes, les commandes affluent et l’activité décolle : « Nous sommes alors passés de dix appareils par mois à une centaine… » Les amplis Atoll ont d’autant plus la cote qu’ils sont vendus à un prix accessible – autour de 400 € – un prix jugé très raisonnable par les amateurs, compte tenu de leur qualité. « Pour y parvenir, nous avons conçu ces produits de façon à ce que le montage soit très rapide. Pour des questions de coût, mais aussi de fiabilité, nous utilisons peu de composants différents. »
Stéphane et Emmanuel élargissent la gamme, qui s’enrichit de préamplis, de lecteurs CD, de tuner FM, toujours fabriqués dans un esprit artisanal, « fait main », avec une grande exigence de musicalité : « Chaque appareil est testé par des appareils de mesures physiques, mais aussi « à l’oreille ». Ce double contrôle qualité est indispensable. » La fourchette de prix s’élargit également, avec des matériels qui peuvent atteindre 5000 euros : « Pour autant, nos clients ne sont pas tous fortunés. Ce sont surtout des passionnés de musique, capables de se priver d’autres achats, qu’ils jugent secondaires, pour acquérir ce qu’ils jugent être ce qui se fait de mieux… »
Année après année, la marque construit son succès et se développe : la PME de Brécey compte aujourd’hui une douzaine de salariés, du technicien à l’ingénieur :  « La plupart sont des passionnés de son, qui mettent au point et fabriquent ces produits comme si ils devaient en être eux-mêmes l’utilisateur final… » Atoll Electronique évolue dans un marché très mondialisé, avec des concurrents en Chine, au Japon, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Etant l’une des rares marques françaises du secteur, elle a bénéficié ici de la vogue du « fabriqué en France ». Mais le « made in France », ou  « made in Europe », est aussi un argument de vente à l’étranger, où la hi-fi française a la cote…. Distribuée depuis longtemps en Europe, la marque Atoll commence d’ailleurs à se faire une place en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada) et en Asie (Japon, Chine et Inde).
Stéphane et Emmanuel  restent attentifs aux évolutions du marché : Atoll a accompagné l’apparition du home-cinéma avec ses propres produits audio-vidéo et a su prendre le virage de la dématérialisation de la musique : leur dernière gamme est « connectée », mais… sans rien sacrifier à la musicalité !

En chiffres

  • 2 millions de chiffre d’affaires
  • 45% de la production exportée dans une trentaine de pays
  • 600 m2 d’extension en cours de construction

Hommage !

Atoll Electronique est l’une des 25 marques citées dans  »Les Maîtres Français du son haute définition », ouvrage consacré aux ingénieurs, artistes et entreprises qui, de Georges Cabasse à Jean-Michel Jarre, ont « inventé » le son haute définition français depuis les années 1950.

www.atoll-electronique.com

Contact presse

Michèle Frêné & Florence Basseux
02 31 75 31 00
mfc@michele-frene-conseil.fr
Portrait – AcomePortrait – Réaux – La Fromagerie du Val D’ay